Team MetisS #45
Prototype moto d'endurance MetisS à T.S.S. (concept JBB)

24H du Mans Motos 2017
(Championnat du Monde d'Endurance Moto FIM - catégorie Experimental)
 

 Ecrit par webmestre │16 Avril 2017 │m.à.j. 23/04/17 │ m.à.j. 29/05/17 │renna.fr
24h Motos 2017 - MetisS catégorie Experimental

Après les 2 jours de pré-24h Motos des 28 & 29 Mars derniers, arrivait enfin la semaine de la 40ème édition des 24H du Mans Motos 2017.
On retrouvait donc le Team MetisS sur le circuit Bugatti pour entamer les 2 journées de qualifications du Jeudi 13 et Vendredi 14 Avril avec le quatuor de pilote Christophe Michel, Billy Cornut, Emmanuel Cheron et Axel Aynie comme pilote remplaçant.

QUALIFICATIONS :
Le Jeudi matin était dédié aux sessions d’essais libres où le Team travailla surtout sur le choix de pneumatiques et le réglage des suspensions.
Côté chronos, Christophe Michel se rapprochait à 4 centièmes du record du Team détenu par Cyril Huvier avec un chrono de 1'40''201 en battant son propre record de plus de 2 dixièmes. Malheureusement il ne pu rééditer ce chrono dans les séances qualificatives suivantes où Axel Aynie pris le haut de la feuille des temps du Team MetisS avec un meilleur chrono de 1’40’’673 sur les 2 journées qualificatives du Jeudi et Vendredi. Le jeune pilote Billy Cornut, issu de la vitesse 600cc, quant à lui n’a cessé de progresser durant ces qualifications.
C’est au final une 46e position qualificative bien en deçà de l'édition précédente avec un temps moyen de 1’41’’433 (C. Michel 1’40’’754, B. Cornut 1’41’’366 et E. Cheron 1’42’’179) que le Team MetisS conclura ces 2 journées de qualifications à la recherche du bon setting de suspension pour la course.

WARM-UP :
Le warm-up du Samedi matin d’avant course fût plus révélateur puisque Christophe Michel décrocha pour le prototype MetisS le 36ème temps en configuration course en 1’41’’029 malgré une petite chute sans gravité au virage du « garage vert ».

COURSE :
Samedi 15 Avril, 15h00, heure du départ de la 40ème édition des 24H Motos 2017, Christophe Michel sur le prototype MetisS prit un départ d’anthologie puisqu’au premier passage devant la cellule de chronométrage il pointait déjà en 25ème position, soit pas moins de 21 places de gagnées !
20’ plus tard il place la MetisS en tête de la catégorie Experimental et bat son chrono des qualifications de 5 centièmes en 1’40’’707.
S’en suit une bataille de plusieurs heures avec la Kawasaki #17 TTS EXCENT pour le leadership de la catégorie Experimental qui tournera en faveur de la MetisS suite à l’abandon de la #17 sur casse de pignon de boite.
Puis Billy Cornut dans son second relai va améliorer son chrono des qualifications en 1'41''344 et amener la MetisS en 22ème position. Malheureusement quelques tours plus tard Billy va chuter au virage du « garage vert » juste un peu avant la fin de son relai. Il pourra ramener la machine moteur allumé, soit 10’ et 6 places de perdues dans l’affaire. La MetisS plonge dans le classement en 37ème position.
Les relais vont alors s’enchainer pour une longue remontée dont la progression se verra enrayée, peu avant la mi-course, par l’apparition de problèmes d’embrayage où la garde va demeurer inconstante tout au long de l'épreuve entrainant des réactions violentes de la suspension lors des rétrogradages et rendre la moto très fatigante à piloter. Malgré plusieurs petites interventions chronophages lors des changements de pilotes, les pilotes devront faire avec et s’adapter, au point de devoir rouler en moyenne 2’’5 au-dessus des chronos habituels au tour. Beaucoup de temps et de places perdus qui empêcheront la MetisS de remonter au-delà de la 25ème place à défaut de remporter une nouvelle fois la catégorie Experimental.

Podium EXPERIMENTAL 24h du Mans Motos 2017 - Team MetisS
( Stéphane Vadé, Billy Cornut, Emmanuel Cheron, Christophe Michel )
 

Le Team MetisS remercie ses partenaires, adhérents, donateurs d'avoir pu atteindre l'objectif 24H du Mans Motos 2017 dans un délai très très court de préparation.
2017, année de transition avant la construction d'un tout nouveau prototype MetisS pour 2018 comme nous le rappelle le team manager Stéphane Vadé dans son interview d'après course.
 

 
- INTERVIEWS PILOTES & TEAM MANAGER -
 

Christophe Michel
" Ce fut une course fatigante. Durant la course, je suis monté sur la moto 8 fois et, à chaque relais, sont comportement était différent du précédent. Pour une machine prototype comme celle-ci, le plus difficile, c'est de l'emmener au bout d'une course de 24 Heures. "
 
Emmanuel Cheron
" Notre motivation principale, c'est de montrer que notre moto peut aussi se battre contre des motos conventionnelles développées par des constructeurs japonais ou européens. Nous fabriquons et développons notre moto nous-mêmes, alors c'est toujours un plaisir de l'emmener à l'arrivée. "
 
Billy Cornut
"  L'an passé, j'avais déjà eu l'occasion de piloter la Metiss lors du Bol d'Or, mais c'était ma première participation aux 24 Heures Motos. J'ai l'habitude de piloter des machines conventionnelles. La Metiss n'a pas tellement de différences par rapport à ces machines. "
 
Stéphane Vadé (team manager)
" Il y a déjà des choses de lancées pour 2018. À partir de demain, nous allons plancher sur un nouveau projet Metiss. Celui-ci serait une évolution par rapport aux précédentes versions avec un système de moteur porteur sans cadre d'origine. Nous allons déjà mettre sur pied ce projet. Nous avons besoin de moyens mais nous ne manquons pas d'ambitions. "
 

 
- RESULTATS COURSE -
 

1er catégorie EXPERIMENTAL

25ème de l'épreuve

10ème du trophée DIT*



- PHOTOS -
( Albin Descamps )



[m-à-j du 29.05.2017]

Le Team MetisS communique sur le problème intervenu un peu avant la mi-course, problème qui provoquait des réactions violentes de la suspension lors des rétrogradages et rendait la moto très fatigante à piloter entrainant une moyenne des temps au tour de 2"5 au-dessus des chronos habituels pendant plus de la moitié de l'épreuve. Ce problème étant dû finalement à une noix d'embrayage dessertie.
Un gain de puissance dû à la préparation moteur, un resurfaçage de la piste très adhérent et un moteur d'occasion dû à un problème de budget ont semble t'il favorisé ce problème mécanique.
Nous pouvons relever la pugnacité des pilotes qui se sont adaptés à ce gros problème pendant plus de la moitié de la course pour rallier l'arrivée. Nous comprenons mieux maintenant les propos et l'analyse de Christophe Michel lors de l'interview de fin d'épreuve pour l'équipage victorieux de la catégorie Experimental.
 


* Le EWC Dunlop Independent Trophy. Ce trophée récompense les équipes privées qui ne disposent pas du soutien d'un constructeur et qui font confiance au manufacturier de pneumatiques Dunlop.
 

 
- www.renna.fr -