RESTAURATION PROTOTYPE MOTO JBB 250 V2
par
YVES KERLO
 

 Ecrit par webmestre │04 Mail 2019│renna.fr

Yves Kerlo, en retraite de son activité de la société Reflex, le réalisateur de la RenNa 996 JBB, reste malgré tout opérationnel tel un passionné toujours en manque qui ne peux jamais s’arrêter vraiment. L’artisan, que l’on appellerait artiste dans d’autre milieu plus capitoné, fût piqué par le virus JBB lors de l’aventure RenNa et son fameux concept JBB. Aujourd’hui il n’est toujours pas vacciné, bien au contraire, car il a entrepris la restauration de tous les prototypes JBB pour occuper son temps libre et alimenter sa passion des 2 roues motorisés plus ou moins atypiques et bien souvent pièces uniques.
Il est à noter également que l’effet viral va même jusqu’à lui provoquer des crises littéraires puisque qu’il entreprend en parallèle la rédaction d’un ouvrage sur la folle histoire du concepteur JBB, l’acronyme de Jean-Bertrand Bruneau. Mais nous en reparlerons sur renna.fr le moment venu.

Aujourd’hui nous allons vous parler d'une première restauration d’Yves Kerlo (kerlo classic) des prototypes JBB. Et nous allons commencer par « LA » JBB, celle qui est la plus représentative de la matière grise du concepteur JBB, la plus innovante la JBB 250 V2 de 1981.
Restauration de la JBB 250 V2 de 1981 avec ses couleurs d'origine
(réalisation Y. Kerlo)

Une machine 100% cogitée par le Docteur Jean-ertrand Bruneau (JBB) qui fût réalisée à l’origine dans le début des années 80. Partie cycle, dont le fameux train avant à double triangles et moyeu directionnel ainsi que le moteur (avec l'aide de la société JPX) sont 100% issus de la réflexion de Jean-Bertrand Bruneau.
Conception originale JBB (cadre, train avant, train arrière et moteur)


Plans cylindre et vilebrequin moteur V2 JBB de 1981

C’est donc à cette œuvre magistrale, résumant à elle seule toute l’ingéniosité du concepteur JBB qu’Yves Kerlo s’est attaqué. De quoi en rebuter plus d’un tant tout l’ensemble est du domaine du prototypage. Mais ce n’est pas connaitre Yves Kerlo, l’homme qui a toute sa vie été sollicité pour réaliser les plus singulières des machines tel un Michel-Ange devant sa feuille blanche à qui on demandait de créer et réaliser ce qui n’existait pas encore.

Sa première tâche fût de rassembler tous les éléments de la machine, ce qui n’est pas toujours facile comme on pourra le voir au sujet d’autres restaurations de moto JBB.
Yves Kerlo va intervenir sur toute la partie cycle, carénage en laissant au motoriste Michel Escudier et à Guy Coulon de chez Tech 3 Classic pour réparer le vilebrequin cassé et fiabiliser l’ensemble vilo-bielles-maneton en ajustant le jeu nécessaire pour un meilleur fonctionnement et une meilleure longévité. Yves Kerlo va également participer à la fiabilisation de la machine en revoyant le refroidissement liquide avec des radiateurs plus performant et une pompe à eau électrique remplaçant la pompe mécanique d’origine.
Moteur JBB 250 V2 (B), 2T, monovilebrequin sur 2 paliers, pesant 22 Kg, construit par JBB et l'aide de la société JPX dans les années 1980-81.
Cette version (B) a été mise en fabrication en Octobre 1981. Comparativement à la première version (A) cette version (B) a été très remaniée et plus complète avec cylindres, culasses, et boite de vitesse JBB



Moteur, cadre, train arrière, train avant JBB (début de la restauration)

Mise au point et passage au banc chez le motoriste Michel Escudier

Cette JBB 250 V2 fut construite en 1981 avec son train avant à double triangles superposés où le triangle inférieur passe par la roue au moyen d’un moyeu directionnel ingénieux. Ce train avant (T.S.S.) dissocie la direction de la suspension et permet de jouer individuellement sur tous les paramètres de géométrie comme chasse, angle de chasse, empattement, déport, CIR.
Ce train avant innovant est relié à un cadre double poutre en répartissant les efforts d’encrage du T.S.S. au cadre en 4 points (contre un seul, très haut et un grand bras de levier pour un train avant traditionnel à fourche) permettant un moindre stress des pièces concernées.
Le train arrière quant à lui se compare de par sa disposition à un système Uni-Track de chez Kawasaki avec une liaison inclinée oscillant/basculeur constituée d’un caisson mécano-soudé en acier 25CD4S qui participe à la rigidité contrairement à une simple liaison de l'Uni-Track.
Le train avant et arrière sont reliés sur un cadre double poutre mécano-soudé par des platines à points d’encrages variables augmentant le nombre des possibilités de réglages sans changer de cadre avec un ensemble ramenant le centre de gravité très bas. Le V2 longitudinal permet d’avoir un cadre très étroit.
L’innovation se trouve également au niveau du moteur badgé JBB, pure création JBB dont le cahier des charges à l’époque était de construire un moteur ultra compact et léger avec la technique de séparation des chambres de pré compression des moteurs Evinrude. Ce qui aboutira 1981 à un 250 V2 à 90° mono-vilebrequin à embrayage d’origine TZ dont la compacité et le poids du bloc twin 250 JBB était comparable à ceux d’un 250 monocylindre de l’époque. Grâce au formidable travail de metteur au point du motoriste Michel Escudier, cette JBB 250 V2 à su retrouver sa voix d'antan et renouer avec la piste.

Cette JBB 250 V2 de 1981 est de nouveau roulante après plusieurs années de travail grâce à la restauration d’Yves Kerlo qui a tenu lui-même à tester ce phénix lors de la Montée Historique du Mont-Ventoux en Septembre 2018.

Yves Kerlo prêt à affronter la Montée du Mont Ventoux avec le JBB 250 V2 restaurée

 

 
 



- PHOTOS -
(crédit Yves Kerlo)


   
- www.renna.fr -