Team METISS  
Qualifications et course aux 24H Motos 2022

Circuit Bugatti | Le Mans
 

 Ecrit par webmestre │02 Mai 2022 | renna.fr

Première course de la saison 2022 pour le Team METISS et sa MetisS MS19 Evo22, première manche du Championnat du Monde d’Endurance Motos FIM Eurosport Events en France avec la 45e édition des 24H Motos sur le circuit Bugatti au Mans.

Côté machine, le dernier prototype du constructeur français MetisS demeure une base de MetisS MS19 pour principale évolution 2022 une nouvelle épure du train avant T.S.S.2 accompagnant un nouveau combiné d’amortisseur Öhlins en lieu et place des Delcamp Energie.


Côté pilotes, la triplette Gabriel Pons / Mathieu Charpin / Alexandre Santo Domingues établie lors des préliminaires des 24H Motos fin Mars, se vue renforcer par la pilote autrichien Lukas Trautmann pour suppléer à quelques soucis physiques rencontrés par A. Santo Domingues lors des derniers préliminaires.

Mathieu Charpin, Lukas Trautmann, Gabriel Pons, Alexandre Santo Domingues
24H Motos 2022 | MetisS MS19 Evo22 | Pilotes METISS
 

Côté paddock, un nouveau réceptif a été mis en place pour accueillir les sponsors sous l’égide de la nouvelle structure des sociétés partenaires MetisSphere.

Côté épreuve, la semaine débuta le Mardi par les premiers essais officiels libres qui mirent en exergue des problèmes pneumatiques comme nous l’a confié G. Pons, pilote METISS :
" Les pneumatiques Dunlop nous posent de sérieux problèmes, nous sommes confrontés à des problèmes de constance du pneu arrière, et nous remarquons des différences de performance significatives d’un pneu à l’autre alors que nous n’avons qu’une seule référence à disposition. Cette difficulté nous pose de fait de sérieux problèmes dans la mise au point du châssis puisque nous ne pouvons pas valider les changements effectués tant les performances des pneus sont variables. "
Mercredi, la sacro-sainte journée de Contrôle Technique où le prototype MetisS passa sans encombre les vérifications dues à la catégorie EXPERIMENTAL dont elle était la seule représentante pour cette 45e édition des 24H Motos au Mans. A noter un poids réglementaire de 171 kg sur la balance (sans réservoir ni selle) contre 181 kg en état de marche (avec 2l d’essence).

Jeudi fut dédié à la première journée de qualification (Q1) avec un premier petit grain de sable dans les rouages bien huilés du team MetisS. Le pilote METISS M. Charpin fut touché par un virus intestinal le matin même l’empêchant de performer sur le tracé du Bugatti. Au terme de cette première journée de qualification (Q1), la feuille des temps pour le team METISS est la suivante : G. Pons (1'39''135 - 17e de sa session), M. Charpin (1'41''279 – 34e), L. Trautmann (1'39''296 - 20e), A. Santo Domingues (1'39''353 - 8e).
Vendredi, seconde et dernière journée de qualification (Q2) où l’état de santé de M. Charpin (2e pilote de l’équipe) ne s’améliorant pas suffisamment, il est décidé de le remplacer pour le reste de l’épreuve par le pilote le 4e pilote sur la feuille d’engagement. C’est A. Santo Domingues qui devient 3e pilote et fera partie de la triplette pour le départ de la course Samedi à 15H au côté de G. Pons et L. Trautmann. Ne disposant pas de pneus de qualification, pneus tendre typés Superbike, la Q2 se fera uniquement avec les références de pneumatiques d’endurance ne permettant pas de montrer tout le potentiel de l’équipe et de son prototype de concept JBB à TSS2. Aussi aucune amélioration des temps dans cette Q2 figeant la place de la MetisS sur l’épi de départ en 27e position avec un chrono moyenné des 2 meilleurs pilotes (nouveau règlement FIM) de 1’39’’216.
Samedi matin, très bon Warm Up en 1’39’’456 plaçant le team METISS en 13e position de la feuille des temps en condition de course. Tout le monde chaussant des gommes d’endurance, les équipes ayant bénéficiées de pneus de qualification ne profitent plus de leur avantage et les temps au tour s’en ressent. Le team du YART #7 (meilleur temps du Warm Up) est à 2 secondes de son chrono des qualifications, team en pole position pour la course, alors que le team METISS tourne dans ses chronos de qualification.

LA COURSE


Gabriel Pons prend le départ de l'épreuve pour le team METISS
Samedi 15h, le départ de la 45e édition des 24H Motos est donné. Le lance missile sol-sol G. Pons (dit Ponpon) boucle le premier tour en 19e position, soit 8 places de gagner dans son tour de lancement sous un soleil radieux qui sera de la partie pour toute l’épreuve, permettant des records de vitesse de pointe et de temps au tour en course pour les teams usine. G. Pons finira son premier relais dans le TOP15 permettant à L. Trautmann (nouveau pilote METISS découvrant la moto le jour de la semaine d’épreuve et déjà dans les temps de G. Pons le pilote le plus rapide de l’équipe) de batailler tout son relais pour la 15e place.
Fin du premier relai, la MetisS est en 15e position.
Malheureusement dans la 3e heure, le premier relais d’A. Santo Domingues se traduit par une chute et beaucoup de temps perdu (30 minutes) pour ramener la machine au box et réparer pour repartir le couteau entre les dents.
Retour au stand pour la MetisS suite à la chute d'A. Santo Domingues.
La MetisS performe et roule plus vite qu’en qualification avec un 1’39’’088 établi par le tout nouveau pilote L. Trautmann roulant constamment en 1’39’’ avec Gabriel Pons, soit parmi les meilleurs de la catégorie Superstock et les 10 plus rapides. Grâce à ce rythme métronomique la MetisS remonte de la 48e position, après la chute de la 3e heure, à la 24e position à la 14e heure de course.
G. Pons imprime un rythme soutenu avec L. Trautmann plus rapide qu'en qualification.
Mais à la 15e heure de course, A. Santo Domingues doit passer la main et sauter ses relais suite à des problèmes physiques. G. Pons et L. Trautmann, les 2 pilotes les plus rapides de l’équipe, sont alors seuls à se relayer mais ne s’en laisse pas conter et se rapproche du TOP20 malgré une nouvelle chute à la 19e heure de L. Trautmann.
Chute de L. Trautmann à la 19e heure de course au virage du garage vert.
A. Santo Domingues sera de retour en matinée pour faire ses 3 derniers relais et soulager Gabriel et Lukas.
Ultime fait de course pour le team METISS dans la dernière heure de l’épreuve, une fissure au niveau de bras oscillant arrière stoppe la machine une demi-heure au stand pour son changement et terminer les 2 tours d’horloge faisant glisser dans le final la MetisS de la 22e place à la 28e place au baissé du drapeau à damier et remporte la catégorie EXPERIMENTAL en terminant l'épreuve.

- Interviews d'après course -
 

Pascal FROGER (team manager - assistant)
" Le bilan de cette épreuve est donc positif, puisque nous avons rejoint l’arrivée, mais ceci n’efface pas la frustration du résultat, qui n’est pas à la hauteur des performances démontrées par notre machine. 
L’équipe va donc se remettre au travail dans l’optique de préparer notre prototype pour le Bol d’Or, en septembre prochain, en cherchant de nouvelles voies de fiabilisation, pour offrir à nos pilotes, à nouveau, une machine performante.
L’équipe METISS a eu beaucoup de plaisir, au cours de cette épreuve, à recevoir nos partenaires pour partager notre aventure au cœur de l’action. Nous espérons ainsi qu’ils auront l'envie de nous accompagner à nouveau, sur le circuit du Castellet, dans le sud de la France.
Merci encore à tous pour vos encouragements et pour nous avoir suivi assidûment pendant cette épreuve. "

 
Gabriel PONS (pilote METISS)
" Une fois de plus, Le Mans ne me sourit pas. Pour ma 9e participation, je ne suis toujours pas récompensé de mes efforts. Pire, le Team MetisS qui a une nouvelle fois déplacé des montagnes pour aligner son beau prototype sur la ligne de départ a vu tous ses rêves de Top-10 au scratch s'envoler dès le début de la course.
C'est d'autant plus dommage que notre rythme de course était vraiment très bon. A la régulière, sans pépin et sans exagérer nous avions le potentiel pour viser un Top-10 final.
Pour la 3e année consécutive, je tiens à rendre l'hommage mérité à l'ensemble du Team MétisS qui, après 17 saisons de Mondial d'Endurance, ne cesse de progresser sur tous les plans. Mention spéciale à la partie logistique, accueil et restauration qui ont cette année été à un très bon niveau. Sur le plan technique, la belle MetisS a une nouvelle fois tenu toutes ses promesses. J'ai passé des moments incroyables à son guidon, et ai pris un malin plaisir à virevolter de la sorte autour des autres machines conventionnelles (enfin surtout en première partie de course, après 4h du mat' on faisait moins les malins...)
Sur le plan strictement personnel, je suis très fier de ma course : une belle remontée dans le premier relais jusqu'à la 15e place, beaucoup de tours en 39 réalisés en première partie de course, et surtout : très fier d'être allé au bout en conservant un rythme correct malgré les 11 relais avalés et les 301 tours de course bouclés.
Une fois ce récit rédigé, il ne me reste qu'une chose à dire : Vivement que les planètes s'alignent pour "le Team le plus courageux du plateau". Que cette incroyable machine et son équipe de doux-dingues récoltent enfin le fruit de leur incroyable travail. "




- PHOTOS -
( Michel Picard )


   
- www.renna.fr -